Il est temps de parler de spiritualité

CC(by-sa) Wladyslaw Sojka
i
Les délégués se sont réunis à l'Hôtel du gouvernement à Berne
CC(by-sa) Wladyslaw Sojka

Il est temps de parler de spiritualité

7 novembre 2018
FEPS
À quelques semaines du vote final de la nouvelle Constitution de la faîtière des protestants de Suisse, les délégués réunis en assemblée ont discuté de la suite de la procédure.

«Nous nous sommes occupés surtout de nous-même pendant longtemps. Nous nous sommes intéressés aux structures de notre organisation. Il est temps de nous tourner vers le futur et de parler davantage de spiritualité», a résumé Gottfried Locher devant l’assemblée des délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Les représentants des différentes Églises réformées cantonales, de l’Église méthodiste en Suisse et de l’Église évangélique libre de Genève après viennent en effet de consacrer plusieurs sessions à la révision de la Constitution de l’organe faîtier qui prendra le nom d’Église évangélique réformée de Suisse (EERS). Ces lourds travaux ont été terminés lors de la session de cet été et le vote final du texte est agendé au 18 décembre prochain. Réunis à Berne lundi 5 et mardi 6, les délégués ont déjà débattu de quelques points concernant la suite de la procédure.

Les délégués ont ainsi décidé de mettre en place une commission temporaire chargée d’élaborer un règlement du Synode qui remplacera les assemblées des délégués dans la nouvelle structure et le Conseil de la FEPS devra proposer un règlement des finances. L’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution ne sera pas immédiate, mais en principe prévue au 1er janvier 2020.

Cette session d’automne 2018 était surtout consacrée à diverses élections, puisque la législature actuelle se terminera à la fin de l’année. Le pasteur neuchâtelois Pierre de Salis a ainsi été élu président de l’assemblée des délégués pour la période 2019-2020.

Le budget 2019 prévoyant un excédant de charges d’environ 3500 francs pour un total d’environ 8,7 millions de francs. Le résultat d’exploitation prévoit un excédent de charges de 430’000 compensé par des prélèvements dans des fonds. Les contributions des membres, qui représentent presque trois quarts des produits ont été fixées à environ 6,1 millions de francs. L’engagement en faveur de l’aumônerie dans le domaine de l’asile a été reconduit à l’unanimité. Un budget de 420’000 francs a été alloué pour cette tâche en 2019.