Nouveau blog: Laisser travailler la vie

CC0 Fill / Pixabay
i
En ce début novembre, ouvrir un blog, c’est comme semer: un hiver va passer, et les fruits ne lèveront qu’ensuite.
CC0 Fill / Pixabay

Nouveau blog: Laisser travailler la vie

6 novembre 2018

En ce début novembre, ouvrir un blog, c’est comme semer: un hiver va passer, et les fruits ne lèveront qu’ensuite. Parler de notre travail, et laisser la vie travailler: une contradiction? Ou justement la parole nécessaire: celle de la vie sur le travail? Plus tard, le travail parlera de vie à son tour; mais d’abord, il s’agit de laisser s’exprimer la vie!

En ce début novembre, le dossier du journal Réformés a répondu au stress par un multiple appel au lâcher-prise: des pages de fortes expériences et de paroles de vie, mais aussi des mots qui nous font craindre l’échec  – «vaincre» ou «diminuer» notre stress, «modifier» nos croyances, «croire en soi»… L’éditorial précise bien qu’il s’agit plutôt de laisser la foi chrétienne «tracer un chemin dans l’adversité», donc de laisser travailler une Parole dans la vie. Ce sera aussi le propos de ce blog. 

Enfin, en ce début novembre, l’hiver a brusquement remplacé l’été: l’année semble s’achever, mais on sent aussi qu’avec l’hiver c’est déjà l’année suivante qui va commencer. Et le programme de l’année nous stresse déjà! Occasion de nous redire pourquoi le déroulement des saisons doit être complété d’une parole de foi, partant de l’attente (avent), traversant les combats (Passion) et les moissons (Pentecôte), et recueillant finalement les fruits partagés (Création et Royaume)!

Dans peu de semaines, on annoncera l’avènement, la venue, «l’avent» de celui que justement le dossier du journal Réformésa appelé «Jésus thérapeute» (terme du prof. Besson). C’est sa façon de laisser travailler la vie que j’aimerais mettre en œuvre dans ce blog, de 15 jours en 15 jours, tant que possible, pour traverser les saisons avec lui, du noir de l’hiver à l’or de l’automne.

Ne dites plus «calendrier ecclésiastique», encore moins «année liturgique»! Cette traversée des périodes de l’année, ce sont les saisons du travail humain, même s’il n’est généralement plus agricole: c’est la nature et la vie qui, de saison en saison, travaillent en nous et nous font travailler. Que dire du travail humain qui ne soit pas lié à nos saisons, celles du soleil qui nous précède, celles du sombre et du clair, du froid et du chaud, qui conditionnent nos réussites.

Dans ces saisons, survient une autre Parole qui, au cœur de l’hiver, annonce la Vie malgré les crises et les échecs. Un autre soleil. Invaincu? Cette foi, cette confiance est en débat.

Le soleil de notre ciel a été regardé comme «invaincu» dans le culte de Mithra; le Soleil de notre foi l’est encore davantage! Aucun effort de conscience n’est donc requis pour vaincre le stress au travail: écoutez plutôt simplement l’appel qui commence par «Ne craignez pas!»… Suite au prochain numéro!